• Fan d'AgafayNomadCamp

Un âne télépathe

L'incroyable histoire vraie de l'âne d'AgafayNomadCamp


Oui ! C’est une histoire surprenante qui ouvre à bien des interrogations.

Si moi-même je n’avais pas été sur place lorsque cet évènement a eu lieu, je serais resté dubitatif à l’écouter, comme vous allez l’être dans un premier temps. Pourtant rien n’est inventé.

Rendez-vous compte un âne ! Un animal que l’on soupçonne doté d’une intelligence pour le moins restreinte au point que par analogie on traite d’âne toutes personnes dont le niveau culturel semble au ras des pâquerettes, un âne qui aurait réussi cet exploit et eu ce très surprenant comportement sujet de cette nouvelle.

Un âne ça ne réfléchi pas, pense-t-on. Ca ne peut prendre aucune initiative ou pour faire une bêtise, en réalité c'est une chose que nous n’aurions pas voulu qu’il fasse, mais que lui considère comme normal. Alors on n'en sait rien, s'il réfléchi ou pas.

Ok peut être a-t-il des capacités à réfléchir sur une décision à prendre, mais ce qui est certain, c’est qu’il ne sait pas lire une carte un âne.

D’ailleurs nous n'hésitons pas à dire à notre partenaire qui précisément ne sait pas lire non plus une carte : espèce d’âne.

Donc , c’est bien là une preuve que l’âne ne sait pas lire une carte.

Ne parlons pas de GPS, jamais personne n’a pensé à lui en offrir un.

Alors prétendre qu’il ait fait seul, de sa propre initiative, un aller et retour de neuf kilomètres, donc dix-huit kilomètres en tout, sans se tromper de chemin, et qui plus est, sur une route qu’il ne connaissait pas, franchement ça ressemble à de la galéjade.

D’autant que ce n’est pas d’un âne mais d’une ânesse qu’il s’agit, l’exploit en est d’autant plus impressionnant.


Et pourtant, si il n’y avait que ça, on pourrait encore à la rigueur admettre que c’est un coup de chance, ou la main du hasard. Qu’il a tout bêtement suivi un chemin herbeux et qu’au bout de neuf kilomètres sans s’en rendre compte, il a fait demi-tour et refait dans l’autre sens neuf kilomètres.

Saut que ces neuf kilomètres, ce n’est pas n’importe quel neuf kilomètres et le hasard n’a rien à voir là-dedans. Je ne suis pas loin de prétendre qu’il y a du surnaturel dans ce comportement.

C’est tellement impensable que nous ne pouvons écarter aucune hypothèse.

Les animaux que l’on nomme des bêtes avec un sens péjoratif, nous surprennent parfois par des réactions inattendues. Inattendues parce que ces bêtes qui ne sont pas si bêtes, nous les sous-estimons. Inattendues parce que nous ne les pensons pas posséder le niveau d’intelligence nécessaire pour commettre telle ou telle action.

Mais là dans ce cas là, il nous faut bien admettre que les ânes auraient une forme d’intelligence que nous ne posséderions pas,

Cette histoire est bien réelle et s’il le faut, je peux en faire attester d’honorables témoins.


Tout a commencé lorsque Olivier au grand cœur a aperçu sur le bord du chemin un âne.

Il ne savait pas encore à l’époque que c’était une ânesse.

En réalité olivier n’y connaît rien en matière d’âne, mais par contre, il ne supporte pas de les voir maltraités. Et celui-là était dans un état déplorable, malingre, décharné, sale à l’excès, triste, malheureux. Bref un âne qui fend le cœur à qui en a un. Et Olivier, lui son cœur est l’organe le plus important de son être.

Sans plus réfléchir, il se renseigna sur qui était le propriétaire de cet âne.

Il appartenait à une vieille dame qui visiblement n’avait pas les moyens d’entretenir cet âne qui ne lui était plus qu’aucune utilité.

Sans la moindre hésitation le nouveau vaillant défenseur de la cause des ânes proposa à cette dame de lui racheter le malheureux.

Une négociation s’entama et l’âne changea de propriétaire.

A un prix qui fait poser la question du : comment cette dame n’a pas fait fortune dans le commerce ?

Le lendemain l’âne fit le chemin vers une nouvelle belle et propre étable dans un fourgon.

Il faut noter ce point, il est important.

L’âne ou plutôt l’ânesse n’avait aucun moyen de se repérer, elle était enfermée a l’arrière du fourgon sans fenêtre.

Elle fit ainsi les neuf fameux kilomètres qui sépare AgafayNomadCamp son nouveau logis de son ancienne demeure.

Vous avez déjà compris que l’évènement est cet incroyable aller retour que l’ânesse a entrepris de sa propre initiative pour aller revoir son ancienne étable.

Avouons que si ce n’était que cela, ce serait déjà un exploit.